Menu

La question des qualités et des défauts en entretien

19/04/2019

La question des qualités et des défauts en entretien

 

La question des qualités et des défauts... la tarte à la crème de tout entretien. Depuis le temps, tout le monde devrait avoir une réponse facile à cette question. Mais non, vous persistez à vous interroger. Alors interrogeons !

 

Revenons, comme toujours, au pourquoi. Pourquoi le jury pose la question ? Mettez-vous deux minutes dans sa peau. Est-ce que vous en avez sincèrement à faire quelque chose des qualités et des défauts d’un.e candidat.e, dans la mesure où il ou elle ne fait qu’en parler et que vous ne pouvez pas vérifier ? Donc le candidat vous dit : oui, j’ai telle et telle qualité, je suis persévérant.e. Bien. Est-ce que ça va faire que vous allez le prendre ? Sans doute pas.

Pourquoi ? Parce qu’un jury sait que vous obéissez à la loi de la nature humaine, qui fait que vous avez forcément des qualités, et forcément des défauts. Et toutes les qualités sont appréciées dans une grande école, que ce soit la persévérance, l’optimisme, ou la résilience. Tous les défauts sont tolérés également, à l’exception peut-être de l’arrogance.

Donc, le jury s’en fiche de vos qualités et de vos défauts. Alors pourquoi demande-t-il ?

 

En fait, c’est autre chose qui intéresse le jury. Le jury, il veut voir si vous êtes capables de prendre du recul sur vos qualités et vos défauts. Parce que si vous avez du recul dessus, ça prouve deux choses : 1) vous avez une certaine maturité 2) à priori vous vous êtes posé la question en amont et vous avez bossé dessus, i.e., vous êtes prévoyant.e.s / motivé.e.s.

 

Donc, le jury ne va pas vous donner des points parce que vous dites que vous êtes quelqu’un de tenace. Il va vous donner des points si vous arrivez à vous élever au dessus de cette qualité, montrer comment vous avez appris ça, comment vous l’avez exploité jusqu’à maintenant, et à quoi ça vous servira plus tard.

 

Par exemple. Je parlais à l’instant de ténacité. Moi, Alexis, j’ai raté plusieurs fois Sciences Po Paris avant de l’avoir. Et j’ai exploité ça face au jury. Je leur ai dit : j’ai eu beau rater, je savais quelque part au fond de moi que j’étais fait pour, et que j’étais à ma place dans cette école. Et donc j’ai persévéré. Never give in, never never never. “In nothing great or small, large or petty, never give in, except to convictions of honor, and good sense”. (Par contre je ne leur ai pas fait Churchill.)

Puis j’ai nuancé, parce que rater un concours plusieurs fois c’est un terrain glissant pour convaincre un jury. J’ai donc expliqué que les fois ou je l’ai présenté, je n’avais rigoureusement rien fichu, et pour cause : je manquais de maturité, je savais vaguement au fond de moi que ça m'intéressait, mais je ne me donnais pas les moyens de. Et quand ce sentiment a grandi, un déclic s’est opéré en moi, et que j’ai décidé d’aller chercher ce concours qui était une évidence pour moi. Et que, à travers ces premiers échecs, j’ai appris qu’il fallait parfois s’y reprendre à plusieurs coups avant d’obtenir quelque chose, et que j’ai appris à ne pas lâcher. Jamais. Et que si Confucius dit que la persévérance est la mère de toutes les qualités, c’est pas pour des prunes. J’ai appris aussi autre chose, ce n’est pas grave de tout de suite savoir ce qu’on veut dans la vie. Et que les réponse mettent du temps pour arriver. Bref, je leur ai montré un peu de maturité.

Et ensuite j’aurais pu leur dire que je m’orientais vers une carrière d’entrepreneur, dans laquelle la persévérance était essentielle, tellement c’est un domaine casse-gueule. Voyez la logique ?

 

Donc, l’idée, c’est tout simplement d’exploiter une qualité, en l’illustrant, en donnant un vrai morceau de vous -parce que c’est vous qu’on recrute, vous, l’humain, pas votre CV -, et en montrant que vous êtes quelqu’un qui y a réfléchi.

 

Pour les défauts, même combat. Prenez un vrai défaut, un vrai pas le perfectionnisme ou affiliés -ouais mais vous comprenez, je suis quelqu’un de trop méticuleux-, un vrai. Soyez authentique. Vous êtes...je sais pas moi, bordélique. Si vous savez prendre du recul, ça passera tout seul. Je donnais l’exemple de ma persévérance, je peux donner le défaut qui va avec. Je n’étais à l’époque pas organisé dans mon travail. Et je leur ai dit. J’ai du mal à être carré, comme certaines personnes, qui disent, je travail de 17h30 à 19h sur tel sujet, et ils le font. Mais je sais que c’est nécessaire, et j’y travaille. Donc je sais faire le minimum syndical en termes d’organisation.

En revanche, j’arrive à lisser ce défaut autrement : en me frottant à la préparation aux écrits, je me suis rendu compte que je fonctionnais autrement. J’empoigne mon sujet par un angle qui m’intéresse, pour rentrer dedans, et ensuite, je suis capable de travailler dessus pendant des heures. J’ai un rapport beaucoup plus..passionnel, presque...et je suis tenace. Je me suis rendu compte que j’étais capable de tenir un weekend entier sur un sujet en oubliant un repas sur deux, parce qu’il m’intéressait.

Donc, conclusion, "je suis bordélique et j’y travaille, mais j’équilibre mon manque d’organisation avec une force de frappe de travail que je puise dans ma curiosité et ma passion pour les sujets que vous étudiez dans cette école". Et évidemment vous ne le dites pas comme ça :)

 

Bon, l’exemple vaut ce qu’il vaut, c’est pour illustrer : il s’agit, dans le cas des défauts, de les exploiter aussi, pour montrer votre maturité, votre recul sur vous-mêmes.

 

Maintenant, comment faire pour trouver ses qualités et ses défauts : la meilleure manière de montrer au jury que vous savez prendre du recul sur vous, c’est...de prendre du recul sur vous. La clé de la qualité et des défauts, c’est pas d’inventer une réponse parfaite en mode “oui je suis perfectionniste”, mais de faire un vrai travail d’introspection et d’être authentique. Comme toujours en matière d’entretien, ça prend du temps et du travail.

 

Le jury recrute un potentiel, un futur élève, un futur professionnel, dont la réussite reposera aussi, en partie, sur le fait de savoir se remettre en cause et prendre du recul sur qui il est. Donc, ne vous contentez pas de rédiger une réponse toute faite, et allez vraiment chercher en vous.

 

Si vous avez des questions, c'est en dessous ! 

Et si vous voulez vous préparer avec nous, c'est ici !

 

Commentaires

    
    

Inscris-toi pour accéder à ce contenu !

OK!

Il faut s’inscrire au cours en ligne pour pouvoir s’inscrire au coaching.
Tu vois la base de ton côté, à ton rythme, tu commences à travailler, et on consacre notre temps ensemble à approfondir et à évoquer les problématiques qui te sont spécifiques. Gain de temps pour nous, gain d’argent pour toi.

Oll Korrect

La mise en commun des fichages, que ce soit pour les enjeux fichés ou les livres fichés, est réservée aux coachés du repaire ! Inscris-toi au cours en ligne de l'école & la procédure qui te convient pour y participer !

Oll Korrect